SAINTES et ses environs

Ville plus que bimillénaire, Saintes fut la capitale d'un peuple gaulois, les Santons, et de la province romaine d'Aquitaine, sous le nom de

"MEDIOLANUM SANTORUM "

Christianisée très tôt, elle devient une cité vouée principalement à la religion. Saintes est dotée au Moyen Âge d'établissements conventuels dont le prieuré Saint-Eutrope, halte sur le chemin de St-Jacques de Compostelle, et de la prestigieuse Abbaye-aux-Dames. Ville frontière durant la guerre de Cent ans, libérée par Duguesclin, elle subira les ravages des guerres de religion avant de connaître une période plus prospère aux XVIIe et XVIIIe siècles.
A la veille de la Révolution, l'urbanisme moderne bouleverse la ville par la création de grands axes et au XIXe s. le chemin de fer et ses ateliers, implantés en périphérie, redonnent un essor à la rive droite. Aujourd'hui, ville de culture et de tourisme. Saintes offre son riche patrimoine aux visiteurs qui viennent y
goûter l'atmosphère incomparable du midi atlantique.

 

.

les arènes de SAINTES au fond Saint EUTROPE


L'AMPHITHEATRE (ou arènes de Saintes)
Construit sous le règne de Claude vers 40 après JC, il se caractérise par une cavea (ensemble de gradins) appuyée sur les flans du vallon et sur un remblai à l'ouest.

A l'est, les structures entièrement maçonnées ferment le vallon.

Dimensions : 126 sur 102 m. Il pouvait accueillir environ 15 000 spectateurs.

Entrée rue Lacurie Horaires : Du 1er/04 au 31/10 Tous (es jours de 9 h à 19 h 11 au 31/03
De 10h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30.

Fermé le lundi.

L'ARC de GERMANICUS
Elevé en 18-19 après JC à l'entrée d'un pont, il avait une fonction de porte de
ville à l'arrivée de la grande voie romaine venant de Lyon.

Sur l'attique, est inscrite une dédicace à l'empereur Tibère et ses neveux Germanicus et Drusus. Sur l'entablement, figure la généalogie du donateur santon Caïus Julius Rufus.

Sauvé en 1843 par Prosper Mérimée lors de la destruction du pont, il fut démonté et reconstruit sur larive droite.

REMPARTS (Place des Récollets)
Les fouilles de 1975 ont mis au jour une partie du mur d'enceinte construit au début du IVe siècle avec les pierres des édifices antiques.

Les THERMES de SAINT SALOINE
Datés de la seconde moitié du 1ier siècle, les thermes auraient été construits dans une deuxième phase d'extension du tissu urbain de la ville antique. Les vestiges dégagés permettent de reconnaître en partie le secteur du bain chaud (caldarium).

arc de triomphe de GERMANICUS
Les Musées de SAINTES



Le Musée du PRESIDIAL

Le Musée de l’echevinage


Le Musée DUPUY-MESTREAU

Le Musée ARCHEOLOGIQUE (voir l' ALBUM)


Musée de la civilisation gallo-romaine comprenant de remarquables séries lapidaires : architecture publique et funéraire, inscriptions, sculptures... La réplique et les éléments d'un char du 1ier siècle constituent un ensemble unique en Europe.


 

L'ABBAYE

aux

DAMES

Rues et demeures de SAINTES
Les maisons qui bordent les rues du centre historique
- par la qualité de la pierre calcaire et de leur décor-
participent au charme et à l'ambiance si particulière de Saintes.
Les demeures les plus prestigieuses datent des XVIIe et XVIIIe s. :
l'hôtel dit "du Présidial" élevé vers 1605 (musée des Beaux-Arts),
le logis du gouverneur (belvédère de l'hôpital),
l'hôtel de Brémont d'Ars (rue des Jacobins),
l'hôtel de Montconseil (actuel musée Dupuy-Mestreau)
édifié en 1738 sur les quais de la Charente,
l'hôtel Viaud (rue des Jacobins).
Au XIXe siècle, de riches négociants de Cognac font édifier
de beaux hôtels particuliers : la villa Musso (actuel Office de Tourisme),
l'hôtel Rouyer-Guillet qui surplombe la Charente (quai de l'Yser).

Haras national de Saintes à Saintes


Sur une superficie de dix hectares, le haras national de Saintes a pour objectif de protéger et perpétuer des races régionales telles que le Selle français, le trotteur français et le baudet du Poitou. D'autres races nobles comme les pur-sang anglais et anglo-arabes sont à voir dans ses bâtiments typiques du Second Empire.

Aux environs de Saintes

Château de Nieul-lès-Saintes
à Nieul-lès-Saintes (à 8 km de Saintes)
Bâti au 14ème siècle selon les vœux de Jean Chaudrier, alors maire de La Rochelle, le château de Nieul-lès-Saintes est aujourd'hui restauré. La vocation défensive de ce château prend alors toute sa plénitude avec tours, chemins de ronde, communs, salles souterraines,...
(Voir le chateau de Nieuil-les-saintes dans Belle Saintonge)

L'église romane de Nieuil-les-Saintes 

(Voir Nieuil-les-saintes dans l'art roman en Saintonge)

L'église romane de Saint Georges des Coteaux

Le château de Panloy
à Port-d'Envaux (à 10 Km de Saintes)
Construit au 18ème siècle, le château de Panloy a conservé deux des pavillons Renaissance de l'ancien édifice. L'intérieur, tant l'extérieur du domaine est admirable par l'ordonnance et le style. 

Les écuries et le pigeonnier sont des réalisations typiques de l'architecture animalière. 

L'intérieur recèle de trésors comme les boiseries de la salle à manger, les tapisseries de Beauvais et la galerie de chasse.
Ne ratez pas les fètes costumées organisées au chateau par Mr le marquis!

(Voir la bugée au Chateau dans Belle Saintonge)

Musée des carrières de Crazannes
à Port-d'Envaux (à 10 Km de Saintes)
Pour pallier la désaffection des carrières de Crazannes, un écomusée a été créé pour présenter les anciennes techniques d'extraction et le transport de ces pierres, matériau constituant le socle de la statue de la Liberté. La vie des ouvriers est également évoquée.
(Voir les carrières de CRAZANNES dans Belle Saintonge)
Abbaye de Fontdouce
à Saint-Bris-des-Bois (à 11.8 Km de Saintes)
Fondée au 12ème siècle, l'abbaye de Fondouce, dont le nom provient de la goulotte d'eau traversant un de ces bâtiments conventuels, commence son déclin à la fin des guerres de Religion et est vendue comme bien national à la Révolution. Restaurée en partie, on peut aujourd'hui admirer la salle capitulaire où un foisonnement de colonnes soutient des clefs de voûte finement ouvragées. De l'église ne subsistent que quelques vestiges alors que la chapelle haute abrite un musée.

(Voir l'Abbaye de Fontdouce dans Belle Saintonge)

Les églises romanes des environs sont nombreuses (La Clisse Ecurat, Le Douhet, Colombiers, Rioux, Rétaud ., Fenioux, ..)

de belles promenades comme les vestiges de l'aqueduc romain, 

les thermes de Vénerand au nord, le dernier bac à chaînes à Chaniers au sud, 

le paléosite de Saint Césaire à l'est, 

la presqu’île d'Arvert avec ses parcs à huîtres, marais, plages à l'ouest...

vous tendent les bras



 

Retour à l'église haute Saint Eutrope

Vers à la crypte ou église basse Saint Eutrope

Vers l' Abbaye aux Dames de SAINTES

Retour à l'Art Roman en Saintonge

Retour à Belle Saintonge

 

Arc de GERMANICUS

L'arc de triomphe de  GERMANICUS à SAINTES

 Arc de GERMANICUS

L' arc de GERMANICUS avant son déplacement contrôlait le pont sur la charente