L'église romane

de La CLISSE  en Saintonge.

Texte intégral de Charles CONNOUË
Photos de Michel ROCHAT et Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"Site Belle Saintonge"

Commune du Canton de saujon (à 15 kms au Nord-est de Saujon et à 8 kms de Saintes)

Église paroissiale de Sainte-Madeleine, construite en XIIe siècle et inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Son abside a été refaite au XVe siècle.

Lesson dit qu'une partie de cet édifice date du Xe siècle et Canet dans son « Histoire de la Saintonge » répète cette « indication ». Les fondations oui peut-être, mais on chercherait vainement aujourd'hui dans cette construction des vestiges du Xe ou même du XIe siècle. Les parties les plus anciennes sont les murs latéraux de la nef qui accusent la première moitié du XII ; cependant quelques sculptures, œuvres d'apprentis et empreintes d'une certaine gaucherie, donnent à l'ensemble, reconnaissons-le, un certain aspect archaïque.

LA CLISSE

L'intérieur très modeste, simple rectangle, est divisé en cinq travées formant la nef, séparées par des pilastres dont les impostes soutiennent des arcs latéraux encadrant chacun une fenêtre en plein cintre. 

LA CLISSE: serpents dominés

Des colonnes à chapiteaux travaillés flanquent ces pilastres. Autrefois des arcs doubleaux supportaient une voûte de pierre. Détruite probablement au cours des guerres de Religion, cette voûte a été remplacée par une charpente, refaite elle même en 1947.

LA CLISSE

Les deux travées suivantes constituant le chœur et l'abside ont été réédifiées dans le style 
ogival, mais la construction s'arrêta faute d'argent com­me l'indique une mélancolique inscription dans l'ancien presbytère : « C'est grand pitié quand argent fait à des gens qui voulaient volontiers ». Aujourd'hui on n'aperçoit sur le haut des colonnes que des départs de nervures. Le mur plat du chevet est percé d'une fenêtre tréflée à un meneau.

La façade présente quelque originalité. Un vaste portail à deux voussures est orné de figures géométriques et de feuillages. Au-dessus une corniche porte trois colonnes qui vont traverser une seconde corniche à modillons. Au-dessus de celle-ci se dresse un pignon campanile à une baie. De puissants contreforts étayent l'ensemble et le mur Nord.


Quelques chapiteaux d'une exécution fruste « Daniel dans la fosse aux lions ». « Homme en lutte avec des serpents » , témoignent cependant d'un certain effort artistique, comme sur la façade des restes d'animaux foulant des personnages humains.

L'ancien cimetière existe encore devant l'église.

 ______________________Fin du texte de Charles CONNOUË

Les églises de la SAINTONGE

(livre 2 épuisé)

édition: R.DELAVAUD (SAINTES)________________

plan de l'église de LA CLISSE


"Faisons parler les sculptures de LA CLISSE"


LA CLISSE_la tentation

La "tentation de la luxure " que Charles CONNOUË a feint de ne pas voir!

Ce chapiteau de l'église de LA CLISSE a sans doute un lien
avec la dédicace de l'édifice à MARIE MADELEINE et à la réputation qui lui
a été faite à tord par les pères de l'église.

Le personnage de gauche se retrouve ailleurs dans un coin de l'édifice (Peut-être est-ce le sculpteur ?)

Le personnage de droite semble tirer la langue 

Au centre la femme est nue, elle semble aussi tirer la langue, 
autour de ses hanches 4 motifs circulaires,
elle a des  serpents sur la tête mais elle a des ailes sur la poitrine pointant vers le ciel !

C'est évidemment le symbole de la luxure, ou de la femme tentatrice.

Elle appelle les hommes en leur pinçant l'oreille
mais ceux ci résistent ou sont appelés à résister!

Les visages des hommes sont situés au-dessus d'abondants feuillages tous dirigés vers le ciel.

Et ils sont situés au dessus de ces feuillages symboles du sexe féminin, de luxure ou de chasteté selon leurs dispositions.


la tentation de la luxure

RIEN DE TRÈS NÉGATIF DANS CE TABLEAU !
 Sinon la provoque en utilisant le corps féminin comme nos publicistes contemporains !

Les personnages de gauche comme de droite _ils ne sont peut-être qu'un en fait_ résistent bien
comme le montre celui qui tire la langue.

Ce motif en feuilles nouées en bas et s'élevant vers le ciel n'est autre que la chasteté. 

La position, le noeud ou son absence et l'orientation indiquent la symbolique de cette espèce de feuillages:

___________________________

En voici des exemples :
 à AULNAY:

AULNAY

Remarquez les fleur de lys également nouées.

CHATEAU LARCHE

A CHÂTEAU LARCHE des oiseaux encadrent le même motif qu'à LA CLISSE, les oiseaux et le léonin
avec sa queue en position de maîtrise ne laisse aucun doute sur le sens positif du tableau.

St SORNIN

A Saint SORNIN semblable à AULNAY

Ce chapiteau de LA CLISSE représente la Luxure 
Un X est bien visible, ainsi que la fleur de lys en haut au centre, orienté vers le sol.


Un autre chapiteau fait face à LA CLISSE


serpents à LA CLISSE

Il n'y a aucun doute les serpents sont parfaitement maîtrisés:
Les personnages sont assis dessus
et les écartent de leurs oreilles.

(NB: Ce chapiteau se retrouve à NIEUL-les-SAINTES)

Le chapiteau à droite du portail représente un modèle type de la maîtrise:

maitrise




 

Qui était Marie Madeleine

Une des femmes de l'entourage de Jésus et que l'église a présentée comme une prostituée parce qu'elle a oint les cheveux de Jésus avec du parfum .Il y a aussi Marie (de Bethanie) qui lui a lavé les pieds avec ses larmes et ses cheveux et celle qui la première trouve le tombeau vide. Il  y avait plusieurs Marie Madeleine:

Marie de Magdala, Marie Madeleine ou Madeleine, appelée Marie la Magdaléenne  dans les Évangiles est une disciple de Jésus qui le suit jusqu'à ses derniers jours.
La Marie de Magdala dépeinte par Luc est une riche Galiléenne convertie au message chrétien, «de qui sept démons étaient sortis» (Luc, 8, 1-3). Elle se tient au pied de la Croix lors du supplice du Messie et fait partie du groupe de femmes qui constatent, au surlendemain de la crucifixion, que la dépouille de Jésus a disparu du tombeau. C'est elle, surtout, qui voit, la première, le Christ ressuscité le matin de Pâques et reçoit du Sauveur la mission d'annoncer la bonne nouvelle. «Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père, lui dit Jésus. Mais hâte-toi vers mes frères et dis-leur: «Je monte vers mon Père et votre Père» (Jean, 20, 11-18).

l'Église de Rome considéra, à partir de Grégoire Ier au VIe siècle, que Marie de Magdala ne faisait qu'une avec Marie de Béthanie ainsi qu'avec la pécheresse qui oint le Christ de parfum.

 Cette position a été abandonnée par l'Église catholique après Vatican II.

l'Église orthodoxe a toujours fait la distinction entre ces personnages.


Les évangiles présentent Marie-Madeleine comme:

_ Celle qui était habitée par des démons et a été délivrée par Jésus.
_ Celle qui a assisté au supplice et la mise au tombeau.
_ celle qui a acheté les baumes.
_ Celle qui est témoin de la résurrection.
_ Celle qui eut un rôle de soutient financier dans la suite de Jésus. ( selon Luc 8_3).

Si les évangélistes se sont mélangés avec les noms concernant les Marie , ils ont toujours placé Marie de Magdalena en premier lorsqu'il y en avaient plusieurs.
 Évidement aux XIe et XIIe siècles les sculpteurs ne connaissent que la version des Pères de l'Église.

 

 

 A visiter aux alentours de LA CLISSE

  • Le phare de CORDOUAN au départ de ROYAN (à 14km )
  • ROYAN (à 14 km)
  • Les halles de PISANY (à 6 km)
Retour sur La CLISSE

Retour ART ROMAN

Retour à Belle Saintonge

 

 Rev sept 2011/rev nov 2015/janv 2019