SAINT SYMPHORIEN de BROUE

d'après Charles CONNOUË 


Commune do. Canton de SAINT-AGNANT, Arrondissement de MARENNES (à 8 kms ou Sud de Saint-Agnant et à 15 kms de Marennes)

L'importante et très intéressante église de Saint-Symphorien, dédiée au saint du même nom, se dresse à peu près isolée à la limite même des marais de Brouage, au fond d'une petite anse de l'ancien golfe Santon et au pied d'une colline, autrefois littoral.

Elle ouvrait jadis son portail directement sur les flots de l'Océan. Aujourd'hui 15 kms la séparent de la rade des Trousses.


En face, à quelques centaines de mètres s'élève, sur un promontoire la célèbre tour de Broue (voir Saint-Sornin).


Construite sur un plan en forme de croix latine et dès son origine (deuxième moitié du XIIe siècle) sur de grandes

dimensions, elle était destinée à recevoir les foules qui venaient en pèlerinages se presser nombreuses autour d'une fontaine miraculeuse,


qui existe encore un peu vers la gauche, sur le flanc de la colline.
Cette fontaine vénérée, où des guérisons eurent lieu, était alors abritée sous une petite chapelle dont les traces ont depuis longtemps disparu.
Les fidèles, affligés de douleurs, venaient de loin pour s'asperger d'eau à « la fontaine des miracles ». Ils s'en retournaient soulagés sinon toujours guéris. L'affluence était grande surtout le jour de la fête patronale, le 22 août. La fête a encore lieu, le pèlerinage aussi, mais une légère maçonnerie masque aujourd'hui la source qu'un farouche chroniqueur sans-culottes qualifiait en 1793 de « trou bourbeux » où " quelques vieilles femmes, viennent encore, disait-il, disputer aux grenouilles le peu d'eau qui en découle.... "


Rainette acrobate !!
Nombreuses, étaient autrefois ces fontaines miraculeuses vers lesquelles seportaient en foule les pauvres humains souffrants. Ils en tiraient du réconfort. La douleur existe comme par le passé, les croyants également et en aussi grand nombre, mais, le progrès aidant, ils ont pour la plupart changé la direction de leurs pas. C'est aujourd'hui, vers le guérisseur, le radiesthésiste et son pendule, qu'ils se précipitent. Pour eux le « fluide », aussi certain qu'indiscutable de ceux-ci, a remplacé les prétendues vertus de celles-là...



L'église de Saint-Symphorien a beaucoup pâti des rigueurs des siècles. Des mutilations (clocher, transept abattus), des adjonctions (chapelles du chevet) ; des réparations (du XVe siècle à nos jours), ont complètement modifié son aspect primitif ; mais elle a conservé à peu près intacte sa façade, déparée seulement par deux énormes contreforts d'angle relativement récents.


Cette façade se compose d'un large portail à trois voussures en plein cintre surmonté d'une grande fenêtre, l'un et l'autre très ornés. La grande archivolte du portail présente sous un cordon circulaire, trente-deux personnages debout. La plupart ont les bras levés et semblent danser, d'autres paraissent jouer de divers instruments 

(Voir le diaporama ainsi que celui d'AVY qui présente des personnages similaires).

L'air salin et les intempéries ont beaucoup endommagé les sculptures. La deuxième voussure est garnie de griffons accolés par le poitrail.

La tête et le haut du corps occupent la surface verticale de l'arc, le reste du corps, pattes et queues, meublent l'intrados. La troisième est couverte d'arabesque en X.


La haute et belle fenêtre du premier étage comprend deux voussures chacune très fouillée. L'une reproduit le motif des Vertus et des Vices
(voir le diaporama de Corme Royal). Ces arcs appuyés sur une courte corniche à modillons sont portés par quatre colonnettes ornées de chapiteaux bien travaillés. Reposant sur la corniche à gauche, se remarque un groupe de deux personnages qui se rattache peut-être à la légende de Saint-Symphorien.


un clic pour agrandir l'image puis un clic dans l'angle en bas à droite


La nef, étayée par de puissants contreforts, a conservé d'intéressantes fenêtres romanes encadrées dans de grands arcs latéraux qui répètent extérieurement ceux de l'intérieur.
Le clocher entièrement reconstruit ressemble à un moulin. Sur l'ancienne souche carrée, a été édifié une tour ronde coiffée d'une toiture conique en ardoise.

Huit fines demi-colonnes terminées en pointe garnissent son pourtour, percé de quatre fenêtres cintrées sans ornements.
Le chevet du. XVe siècle, enrobe l'ancienne abside demi-circulaire.

Vers le diaporama de SAINT SYMPHORIEN

Ses murs latéraux sont construits à l'alignement des extrémités de l'ancien transept.
L'intérieur, vaste et clair, est à détailler.
Les doubleaux en tiers-point, qui portent les voûtes de pierre des trois
travées de la nef s'appuient sur des pilastres carrés à simples impostes. Des arcs, aussi en tiers-point, renforcent les murs latéraux et encadrent des fenêtres romanes.


Au centre du vaisseau, quatre gros massifs de maçonnerie, groupes de pilastres carrés, toujours à impostes, réunis en tête par quatre arcs brisés, portent une coupole octogonale sur trompes avec trou à cloches.
Le chœur (voûte de brique en plein cintre) communique avec ses collatéraux par de grandes baies brisées.
Les fenêtres gothiques, sont à meneaux ou tréflées.
A droite, près de l'abside, a été aménagée une chapelle seigneuriale très surélevée à laquelle on accède par un escalier droit en pierre qui se développe à l'intérieur du chevet.
Partout sur le sol se remarquent de nombreuses dalles funéraires.
Deux tableaux, en mauvais état, du peintre Saintongeais Bragny, qui vécut au XVIIe siècle, ornent les murs. L'un, une Assomption de la Vierge qui porte la date de 1676 l'autre, le Martyr de Saint-Symphorien (1641) sont, avec la cloche (1639) inscrits aux Mobiliers Historiques.
L'église elle-même est inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.
(*)_ Allusion probable aux réjouissances qui avaient lieu le Jour de la frairie et du pèlerinage (22 Août).


____________________Fin du texte de Charles CONNOUË_____
Les églises de la SAINTONGE  (livre 1 épuisé)

édition: R.DELAVAUD (Saintes) avec leur aimable permission _______________________________

Vers le diaporama de SAINT SYMPHORIEN

A visiter aux alentours de SAINT SYMPHORIEN de BROUE:

Le cimetiere qui offre une tombe originale:

  • La fontaine et ses grenouilles à 500m.

  • La Tour de Broue· à  Saint-Sornin à 3 km
  • Les marais (pour les visites guidées voir le site le la famille PIEL)
  • L'église de St SORNIN (voir le diaporama )
  • Le prieuré de St Gemme à 5 km (voir le diaporama )
  • L'église de Champagne à 7 km (voir le diaporama )
  • Le chateau de la ROCHE COURBON à 12 km (voir le diaporama )
  • ROCHEFORT (à 16 Km ) : La corderie royale, le chantier de l'Hermione, La maison de Pierre LOTI, la place COLBERT et les musées...
  • Le Fort Louvois (ou Chapus) à Bourcefranc (à 17 Km de Saint-Sornin) (voir le diaporama dans Belle SAINTONGE)

  • BROUAGE (à 13 Km ) un must (voir le diaporama dans Belle SAINTONGE)

Vers le diaporama de SAINT SYMPHORIEN

Vers le diaporama SAINT SORNIN

Retour ART ROMAN

Retour à Belle Saintonge

FIN maj: sept 2011