L'église romane de BIRON en SAINTONGE


L'église romane de BIRON près de  PONS

en SAINTONGE


Texte intégral de Charles CONNOUË
Photos de Michel ROCHAT et Alain DELIQUET


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"Site Belle Saintonge"

BIRON

(Biron est situé à 5 kilomètres à l'est de Pons et à 25 kilomètres de Saintes)

Autre belle église de la région de Pons qui en compte tant d'intéressantes.
L'église de Biron, dédiée à Saint Eutrope, a été construite vers la fin du XIIe siècle, son chevet est du XIIIe et là chapelle seigneuriale du XVIe.

BIRON

 Elle est remarquable par la qualité de l'ornementation de sa façade dont certains éléments sont en état de conservation tel qu'on les croirait faits d'hier.

BIRON

Son clocher octogonal mérite de retenir l'attention

BIRON

ainsi que le groupe des fenêtres du mur oriental du chevet. Cette église a été fortifiée au moment des guerres de Religion. Depuis le 21 Janvier 1907, elle est classée Monument Historique.


Sa façade offre un bel exemple du style classique Saintongeais. Le rez-de-chaussée est occupé par un vaste portail flanqué de deux baies aveugles. Un bandeau réunissant les chapiteaux traverse toute la façade. Au premier étage se développe une arcature de onze baies en plein-cintre, tandis qu'au-dessus s'élève un pignon triangulaire.

BIRON

Le portail roman compte cinq voussures relativement peu ornées, puisque la décoration n'existe que sur des cordons bordant les voussures, mais cette décoration est hors pair. Sur le cordon extérieur : lions, chiens, paons, chameaux, faisans, etc. se suivent en file ; chaque sujet rendu avec une perfection rare. Au cordon qui encadre la petite voussure on remarque un évêque, un poisson, etc. Sur le bandeau et les chapiteaux : femme poursuivant un homme armé d'une hache ; une tête hideuse ) (posée exactement au même emplacement  qu'une tête semblable à Echebrune, église voisine) ; Daniel dans la fosse aux lions ; une luxure semblable à celle de l'abbaye-aux-Dames à Saintes ; un chevalier lance en arrêt, etc. Toutes les sculptures sont d'une grande délicatesse.

Les arcs des deux baies aveugles sont légèrement brisés. Les murs latéraux de la nef ont été surhaussés au-dessus d'une ancienne ligne de modifions. Des fenêtres en meurtrière éclairent un chemin de ronde qui fait le tour de l'édifice. Il y a lieu de remarquer, dans la partie Nord de cet exhaussement, quelques pierres sculptées en fleurs et rosaces qui rappellent une ornementation romaine et sur les cintres extérieurs des fenêtres du chevet, quelques motifs qui éveillent l'idée d'œuvres du XIe siècle.

BIRON

Cinq marches descendent dans la nef à quatre travées dont le sol a été récemment abaissé. Les travées sont séparées par des groupes de trois grosses colonnes dont la centrale monte jusqu'à l'ancienne voûte aujourd'hui remplacée par un tillis cintré. Les chapiteaux de ces colonnes sont curieusement surmontés de doubles blocs en forme de piédestal dont la répétition sur chaque colonne et au-dessus de la porte d'entrée produit un effet, sinon artistique, du moins fort original. Les autres colonnes supportent des arcs dont chacun encadre une très petite fenêtre romane ébrasée à l'intérieur et garnie aux angles de fines colonnettes. Les chapiteaux du côté droit n'ont pas de décoration ;

BIRON

ceux du côté gauche seraient joliment ornés, si leurs motifs ne disparaissaient sous une épaisse couche de chaux.
(depuis l'église à été restaurée)

BIRON

Graffitis de BIRON
La cinquième travée se termine par deux forts massifs de colonnes et de pilastres qui étranglent la nef et sont reliés par un arc en tiers-point à double ressaut.
(des graffitis ont été mis à jour)
Deux massifs plus simples séparent le chœur du carré, celui-ci recouvert d'une coupole sur pendentifs est éclairé par une fenêtre romane semblable à celle de la nef. Une de même modèle, existe en face, mais elle est murée.
L'abside carrée voûtée en ogive étoilée prend jour à l'orient par deux longues fenêtres surmontées d'une vaste ouverture en forme de demi-lune rayonnée. A droite une baie en arc brisé ouvre sur une petite chapelle voûtée en ogive et éclairée par deux fenêtres à meneau.
Cette église restaurée au début du présent siècle est aujourd'hui bien mise en valeur.
Non loin, ont été découvertes et fouillées des tombes remontant aux premiers siècles de notre ère. D'autres ont été exhumées dans  la commune voisine de Chadenac, preuves certaines de l'importance historique et préhistorique de ce haut plateau.
-


____________________Fin du texte de Charles CONNOUË 

Les églises de SAINTONGE
livre 1 épuisé

édition: R.DELAVAUD (Saintes)

avec leur aimable permission._______________________________


Le cavalier avec son bouclier du XIIe :

graffitis BIRON

Le panneau devant l'église de BIRON:

BIRON

"FAISONS PARLER LES SCULPTURES de BIRON

ou pour le moins essayons..."

Un personnage nu (une âme) un genoux à terre,
tenant un bâton , (on peut y voir une crosse à l'extrémité mais cela ressemble plus à un bâton ?) entourée de quatre figures:
Deux monstres sortant du sol et deux plus haut.
En haut celui de gauche avec son menton se prolongeant en barbe ressemble à un visage dans l'église de         LA CLISSE (probablement le sculpteur);
l' autre visage en haut à droite me fait penser à un sage.

Est-ce le sculpteur qui s'est représenté avec ses tentations (le genoux à terre et les visages démoniaques) et son modèle (le sage) et le bâton sur lequel il s'appuie pour l'aider à se relever serait l'Église?

Le barbu de LA CLISSE

Le visage barbu de LA CLISSE

rinceaux

Le mal ou "Malin" crachant les rinceaux ou bien les épreuves dont il faut se nourrir pour marcher vers le ciel?.
(En effet le visage n'est pas franchement démoniaque)

combat spirituel

Des oiseaux (les messagers de la bonne parole) dont certains becquettent 

ou se nourrissent de feuillages...

combat spirituel

Le combat spirituel en deux tableaux complémentaires :

A gauche une âme cherche son unité.
Son côté spirituel touche de son aile la queue de son côté animal.
Cette âme désire s'élever spirituellement.

Remarquez la fleur de lys orientée vers la terre dans la volute.
 
A droite, les forces spirituelles plantent leurs griffes dans les quadrupèdes qui symbolisent les forces maléfiques, les passions et les vices.

Ces derniers indiquent en croisant leurs pattes que ce n'est pas eux qu'il faut suivre.
Les becs infligent des coups et les pattes des volatiles indiquent la soumission.
Les gueules sont plus humaine mais avec des oreilles pointues (l'animalité écoute le Malin et non pas la bonne parole).

Au dessus la boule symbolise l'unité ou la perfection,
on en est loin c'est peut-être l'objectif à atteindre!
ÉTONNANT  !

________________________

La façade est plutôt tardive :

L' archivolte est décorée discrètement surtout de monstres y compris sur l'archivolte de l'intérieur:

Cela rappelle l'archivolte de CORME-ÉCLUSE

Vers l'extérieur un chien, des paons...  


Nous sommes à la fin du XII e...

La chasse ou la recherche spirituelle

Fin du XII ème  ainsi qu'à l'époque des cathédrales le cerf symbolise la cible qu'est le Christ.
Cette scène représente la chasse spirituelle
(la flèche dirigée vers le cerf).
Le sagittaire symbole de l'homme avec sa complexité terrestre cherchant à s'élever ...

le cerf

 la poursuite du  cerf !

la corde

Le combat spirituel perdu , c'est le contraire de la symbolique développée à St Eutrope
ou ce sont des volatils habitants du ciel qui prennent le dessus.

Ici ce n'est plus une corde ( la communauté) qui retient les passions ( voir VAUX-sur-Mer) mais une queue de serpent qui sort de la bouche et mord le dos (donc domine) de  l'animal dont les pattes de derrière supportent le tailloir ( donc  supportent  l'édifice comme le font les orants)
Cette âme très animale (en fait un homme actif dans l'église) est sous l'emprise du serpent qui le mord.  

C'est une représentation de l'emprise du mal dans toute sa splendeur!


retournement


Cette âme est prise par ses parties intimes par deux monstres à une seule tête démoniaque
qui symbolisent ses passions.
Les queues des animaux l'enserrent.

Probablement une conversion compromise ou ratée pour cause de luxure? 

 Les jambes sont bien orientées vers le ciel et les mains tentent de contrôler ses pieds.

maitrise démoniaque

Ses jambes sont emprisonnées par les pattes et la queue de ses vices
et ses mains dans les gueules des monstres qui représentent ceux-ci..
C'est l'anti-maîtrise de ses passions c'est à dire l'âme  prisonnière du "Malin"

A droite les cheveux en forme de flamme de cette âme ne laissent aucun doute sur son avenir.

le mal

L' homme à gauche défèque, attitude de passivité, il est gagné au "Malin"
Dans la frise, la représentation d'une créature ou force maléfique.

Voilà il y a encore beaucoup à explorer et dire....


A visiter près de BIRON:
carte des offices de tourisme de la charente maritime
  • L'église d'AVY (à 5km)

  • L'église Saint-Sulpice de Marignac (à 4 Km )

  • L'église d'ECHEBRUNE

  • L'hospital des pèlerins à PONS

  • L'église de Chadenac (à 6 Km )

  • JONZAC (à 12 Km ) Cloître des Carmes du XVIe, Château , Piscine remarquable ...

  • Pour les enfants le CHÂTEAU d'USSON (château des Énigmes) époque Renaissance (ISHM) Initialement construit à Usson, commune d' Échebrune entre 1536 et 1548 pour Jean IV de Rabaine (vassal du Sire de Pons). Il fut sauvé par William Augereau, alors que le château était menacé de démolition au XIXe siècle. William Augereau était ingénieur des chemins de fer, et il le fit transporter, à 10 km de son site d'origine, pierre par pierre sur sa propriété de Pons. Ses propriétaires actuels l'exploite actuellement sous le nom du Château des Énigmes.

Vers l'album sur BIRON Vers l'album sur BIRON

Retour "ART ROMAN en SAINTONGE"

Retour "BELLE SAINTONGE"

FIN maj: sept 2011_maj janv 2012 plus Album type "JQ" /nov 2013/ janv 2019