A propos des "acrobates"

"  Ils marchent tout simplement vers le ciel  "

Sur les modillons de nos églises romanes des "acrobates" exercent leur art

Vous ne pouvez les manquer : au DOUHET, à RIOUX,  MORNAC,  CORME-ECLUSE, AULNAY...

En voici un qui se trouve à d'Aulnay:

Le personnage du modillon est nu, il accomplit une gymnastique qui transcrit dans son corps la démarche accomplie en lui-même. Ses actes et pensées sont orientées vers le ciel parce qu'il s'est  converti.

Voici celui de MARIGNAC et un  de RETAUD:

l'acobate de MARIGNAC       acrobate de RETAUD

En voici de plus primitifs qui marchent les pieds vers le ciel à  Echillais  et Mornac :

ESNANDES

Ici à ESNANDES des doigts crochus éssaient de déstabiliser l'équilibre acquis !

Signe que tout n'est jamais gagné définitivement

Voici enfin le plus beau modillon que l'on peut voir à Corme-Ecluse représentant cette fois une femme, tout simplement une femme qui vient d'aider son mari à trouver le bon chemin comme le montre l'ensemble des neuf chapiteaux de la façade de cette église. Même sa chevelure symbole de volupté est orientée vers le ciel. Elle est même transformée en entrelacs, le symbole de l'infini. Peut-être aussi est-ce en rapport avec le thème développé sur le portail et à l'intérieur de l'église démontrant que le diable règne sur le clergé ce qui n'est peut-être pas le cas à l'abbaye aux dames de Saintes monastère mixte dirigé par une Abbesse.

CORME-ECLUSE

Voila pourquoi je m'émerveille

Les XIe et XII e siècles sont les temps d'un colossal renouveau du spirituel baignant dans des croyances archaïques comme les forces démoniaques et miracles à tout va que l'on va demander aux reliques.

Retour à l'ART ROMAN

 

alors qu'est-ce qu'un acrobate ?

étymologiquement c'est marcher vers le ciel !

(du gr. akros, haut, et batein, marcher)

Aux XI et XII e siècles les fêtes sont nombreuses tout au long de l'année: L'église monopolise tous les médias. 

La préoccupation de tous à cette époque c'est comment gagner le ciel, et cela coûte cher vu les donations aux prieurés, les sommes colossales pour financer les nouvelles constructions d'églises et monastères réalisés en un siècle et demi, sans oublier les pèlerinages coûteux et risqués... Nos artistes de l'époque s'expriment avec leurs  corps et comme toujours les artistes fascinent. Les sculpteurs nous les ont représentés et arrivent ainsi à traduire sur la pierre cette conversion intérieure profonde qui oriente définitivement nos pensées et nos actes vers le spirituel.

en effet:

C'est un personnage qui se présente à l'envers

Anne et Robert Blanc appellent à juste titre ces positions des RETOURNEMENTS.

On pourrait dire également CONVERSION car c'est bien de cela qu'il s'agit

Voici un autre d'Aulnay:

De très belle facture ce chapiteau nous montre le résultat d'une conversion intérieure réussie.Voici un de Retaud:

Toutes ces positions ont un air de famille évident:

Les jambes sont orientées vers le ciel

Mon vieux dico disait que l'étymologie était composée de : (du gr. akros, haut, et batein, marcher)

C'est effectivement de cela qu'il s'agit pour nos aïeux mais ce ne devait pas être facile à atteindre

____marcher vers le ciel____

Quelle prouesse pour les sculpteurs de réussir à nous montrer l'invisible ! Chapeau bas!

La sculpture à su trouver sa place, se créer une voie en dehors des sentiers de l'antique en se faisant LE MEDIA de l'époque. Pratiquement ce sont bien des "pub" qui s'adressent au peuple dans un langage simple et cru utilisant les symboles et valeurs de cette époque.

_Epoque de spiritualisation intense ce qui exclue les représentations dénouées de sens profond sur et dans les églises! _

On ne va pas se ruiner en constructions de lieux de prière et de culte pour les embellir avec  des sculptures idiotes!

SURGERES

SURGERES

GUITINIERE

GUITINIERE

 

FIN des acrobates _rev sept 2011