L'église romane de MENET

en AUVERGNE (63)


Le texte reproduit ici intégralement est  celui disponible dans l'édifice:
© MENET - Église / S. MANCIULESCU - Avril 2002

Photos de Bernadette PLAS


Les photos sur ce site peuvent être utilisées exclusivement à des fins non commerciales après autorisation et sous réserve de mentionner la source:
"chapiteaux.free.fr"

Commune du département du Puy de Dôme 
située dans le Nord Ouest du Cantal, au cœur des Volcans d’Auvergne.


I.    PRÉLIMINAIRES
C'est dans la vallée de la Suthène, riche d'un important patrimoine roman, près d'un petit lac, que s'est construit le bourg de Menet, dont les maisons, à très amples toitures en lauze de pays, montrent qu'il a été prospère. ( plus de 2500 habitants au XIX e et environ 550 à présent)

église de MENET

Son église romane se distingue notamment par sa tour lanterne romane, rarissime en Haute-Auvergne, et sa pittoresque tourelle d'escalier.
L'édifice a été classé en totalité parmi les Monuments historiques, le 1er septembre 1922.
Elle appartient à la commune et sert au culte.

II.l NOTICE HISTORIQUE ET DESCRIPTIVE

Calvet de Rochemonteix nous apprend que l'église de Menet est un ancien prieuré, relevant de celui de Saint-Rémy et Saint-Germain de Boit, diocèse de Limoges. Lors de la division du diocèse d'Auvergne, en 1317, Menet fut attribué à l'évêché de Clermont, puis en 1790, attaché à celui de Saint-Flour. (Les églises romanes de Haute -Auvergne, 1902).
 La famille de Chabannes, seigneurs de château de la Clidelle tout proche, avait une chapelle à Menet.

Plan de l'église de MENET (15)

L'église a été bâtie au XIIe siècle sur un plan allongé à trois vaisseaux.

NEF l'église de MENET (15)

La nef comporte trois travées voûtées d'un berceau plein cintre à doubleaux.

Colateraux de l'église de MENET (15)

Les collatéraux sont voûtés en demi berceaux.
L'église ne comporte pas réellement de transept. On ne peut parler de la croisée que parce que son couvrement est différent de celui de la nef. En effet, elle est surmontée d'une tour-lanterne, qui semble être un exemple roman unique en Haute-Auvergne.

Coupole sur trompes  de l'église de MENET (15)

 Le tambour, percé de trois baies en plein cintre à larges ébrasements, est aveugle du côté de la nef.
Il comporte quatre trompes coniques sous-le-pan, avec arcs de front en plein cintre.
Il soutient une coupole octogonale percée d'un oculus.

On constate des variations dans les dispositions des éléments romans encore conservés. Les parties les plus anciennes sont l'abside et la croisée, qui constituent un ensemble homogène. Les arcades qui ouvrent la croisée sur les bras du transept et sur l'abside sont semblables ; ces trois arcs, simples rouleaux plein cintre, prennent naissances, à même hauteur, sur des colonnes engagées dont les chapiteaux sont couronnés de tailloirs de forte épaisseur, ornés d'un rang de billettes.
Ce type de tailloir est également celui des colonnes engagées qui supportent l'arc triomphal. Les quatre piliers de la croisée reposent sur des socles quadrangulaires qui surélèvent les bases moulurées. Ces socles sont, par contre, à peine saillants dans la nef Les arcades des trois travées de la nef sont plus hautes que celles de la croisée.


 Les tailloirs des colonnes engagées, qui flanquent les piliers à noyau carré, sont simplement adoucis par un cavet (sans billette). Les vaisseaux collatéraux comportent également les mêmes variations. Les arcs diaphragmes des travées orientales reposent sur de simples dosserets, alors qu'au droit de la nef ils s'appuient sur des colonnes engagées, et que les dosserets contre les gouttereaux ne sont plus présents entre les deux travées occidentales.

Abside de l'église de MENET (15)


Abside de l'église de MENET (63)

L'abside, au-dessus d'un mur bahut couronné d'un cordon saillant en pierre de taille, mouluré d'un cavet, est ornée d'une arcature à sept arcs sur colonnettes, dont les trois formes orientales sont ajourées de baies en plein cintre. L'ensemble est couvert d'un cul-de-four précédé d'un court berceau.

vestige absidiole de l'église de MENET (63)

 Des vestiges des absidioles orientées, qui s'ouvraient sur les vaisseaux collatéraux, sont encore visibles, bien que tronquées aujourd'hui.

En effet, l'église ne nous est pas parvenue dans son état roman. Plusieurs transformations se sont succédées aux cours des siècles.
Des chapelles ont été construites, au droit des deux travées orientales des collatéraux.
La chapelle nord semble dater du XVe siècle et celle du nord-ouest peut être du XVIe. Par contre, les chapelles sud semblent de facture plus tardive ; les parements extérieurs parfaitement réglés et assises, la taille des blocs de pierre à ciselures relevées et bouchardages, le bon état de conservation de la pierre en dépit de sa nature friable, les baies (y compris leur réseau) exactement calquées sur celle de la chapelle nord-est, l'ornement du Sacré-Cœur sur une des clefs, ressemblent plus à des façons du XIXe siècle.


L a tour lanterne a été surélevée par un clocher, coiffé d'une flèche octogonale de charpente Chaque face est ajourée de baies jumelées. Calvet de Rochemonteix estime que cet exhaussement est probablement du XVIIe siècle, de même que le percement d'un oculus zénithal dans la coupole, ménagé afin de hisser la grosse cloche, datée de 1615. Cependant, la facture gothique des baies de la chambre des cloches le désigne plutôt comme antérieur.

D'autres modifications ont été réalisées. On a établi une sacristie (XIXe siècle ?), au nord de l'abside. Au sud, un tourelle abritant un escalier en vis a été construite, pour donner accès au clocher, par un passage couvert construit sur la voûte de l'abside ; on accédait au plancher d'entresol qui couvrait alors la croisée, par la baie est de la lanterne. La sous face de ce plancher était lambrissé en fausse voûte. Il a été démoli à la fin des années trente, lors du décapage général des enduits et badigeons intérieurs. On peut encore voir les consoles de pierre qui le soutenait et les traces de la fausse voûte sur les parements du tambour.
La façade ouest a aussi été transformée. Le porche qui devançait le portail actuel a été démoli au XIXe siècle. Les traces des engravures de solin sont encore visibles sur la façade.

MENET façade

 Un pignon découvert, percé d'une baie qui abrite une petite cloche, a été construit à son sommet. Des statues en fonte peinte ont été placées sur les colonnes de l'ancien porche et sur l'acrotère du pignon.

À l'intérieur il reste une parti du mobilier et de la lustrerie du XIXe siècle ; entre autres, la tribune et la chaire à prêcher néogothiques sont encore en place.
L'ensemble de l'édifice est bâti en pierre volcanique locale : la pierre du Broc. Il s'agit de trachyte gris clair, pour la majorité des parements, avec quelques blocs de brèche brune. La majeure partie des parements est en pierre de taille, avec quelques zones de maçonnerie de moellon, notamment sur la tourelle et la sacristie, ainsi que les soubassements des chapelles nord.
 

____________________Fin du texte ref:

© MENET - Église / S. MANCIULESCU - Avril 2002   ______________

(Dans l' Auvergne  romane_collection de "La  nuit des temps"_ 
seules quelques lignes sont consacrées à l'église de MENET)

____________________________ Pour voir la restauration:

http://www.menet.fr/userfile/documents/Eglise%20de%20menet/DDOE_optimise.pdf

_________________________
Un concours de taille de pierre est organisé chaque année à MENET où il subsiste une des deux carrières.


 "Faisons parler les chapiteaux ou du moins essayons"

Chapiteaux de la première travée autour du premier pilier
Le thème en est la VIE

Sur 3 niveau superposés:
Des feuilles lancéolées
puis des feuilles à 3 lobes
puis un entrelacs
d'une belle composition avec des boucles qui vont par paires

Sont-ce les 3 niveaux de vie ?

infernal : la partie inférieure (feuilles lancéolées)
terrestre: ce qui est feuillage et vie
céleste: ce qui n'a ni début ni fin comme l'entrelacs (vie éternelle)


Chapiteau 1 ouest
Au centre un volatile de type colombe perché sur une corde à deux brins torsadés.
Les brins torsadés sont probablement l'image du couple.

De part et d'autre , émergeant d'une vulve bordée de feuilles à 3 lobes
 une tête humaine.

Je penche pour  la représentation de la fécondité du couple
qui est un cadeau du ciel représenté par le volatile.

En effet à l'époque c'est Dieu qui donne la vie
sous toutes ses formes, y compris les maladies, les bonnes ou mauvaises récoltes, le beau temps, la pluie ou la tempête...
Chapiteau église de MENET 

Chapiteau au mur au niveau de la première travée
Une paire de boucles donne naissance à une troisième.


SPLENDIDE!
D'un modernisme incroyable!
chapiteaux de léglise de MENET

Chapiteau pilier 1 est





Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

L'homme (voir le couple? )  en orants
Les pieds sur l'astragale ( qui symbolise l'église)
Les mains ( symbole des actions)
en prière.

Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Le pilier N° 1
consacré au couple


La deuxième travée autour des chapiteaux du pilier N° 2

Le thème est le couple

chapiteaux romans de MENET en Auvergne

Un couple
Un arbre de vie
Un volatile

qui pose  une patte sur chaque bras

L'église magnifie ici le couple!
chapiteaux romans de MENET en Auvergne

Chapiteau  mur collatéral  deuxième travée
L'homme touche de sa main sa femme.
Celle-ci a ses nattes de cheveux
formant une boucle symbole de spiritualisation
Elle pose ses mains sur son ventre.
Sous la main (symbole des actions) de l'homme qui touche sa femme se trouve un arbre (symbole de vie et de passage de générations comme avec l'arbre de Jessé)

Entre le couple se trouve un volatile , celui qui vient du ciel,
et apportera la fécondité.

Il s'agit bien du COUPLE géniteur
au cas où cela n'était pas évident
chapiteaux romans de MENET en Auvergne 

Chapiteau mur col 2
3 feuilles

les lobes sont au nombre de 9
sur les bordures latérales de la "mandorle"

et de 8x2 +1 sur les  feuilles à l'intérieur.

probablement le temps d'une gestation

Ce sont probablement deux feuilles qui encadrent leur progéniture (voir pilier 1 est)
L'homme touche de sa main sa femme

Chapiteau du pilier 2 ouest

Chapiteau roman église de MENET en AUVERGNE


La torsade a deux brins pour le couple.
Une sorte de V signe du Bélier
Les paires de volutes toujours pour le couple.
Dans la petite mandorle: une feuille lancéolée
avec deux petites boules.

  ( voir plus loin en façade pour une représentation plus explicite ...)
Chapiteau roman église de MENET en AUVERGNE

Deux chapiteaux du pilier  N° 2
Chapiteau roman église de MENET en AUVERGNE

Le couple:

la femme tient ses cheveux non pas en natte mais torsadés
comme sur la torsade où s'agrippait
un oiseau
( En façade on retrouve cette représentation)
Chapiteau roman église de MENET en AUVERGNE

Le pilier N° 2
 consacré au couple


Les chapiteaux du transept N_W autour du pilier N° 3





Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

C'est le fameux "Singe cordé".
Le singe et le personnage ne font qu'un car le sculpteur utilise ce stratagème pour représenter
l'être humain d'une part;
sa tentation ou une passion par un animal d'autre part.

La corde qui le tient tranquille symbolise la maîtrise:
cette tentation ou passion est contrôlée
par la partie la moins animale, ou la plus spirituelle.

La corde sort de l'édifice ,
ce qui signifie que c'est grâce à l'église
et aux prières que cela est possible.
La corde symbolise aussi la communauté.
Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne 

Chapiteau pilier N° 3
Le personnage tient sa jambe avec une main (symbole des actions) car il désire contrôler sa marche, celle vers le ciel, objectif de tous  à l'époque.
Il oriente donc ses actions pour gagner le ciel.
Ce que montre aussi son autre main tenant l'animalité par la corde.

Le singe lui aussi a posé une patte sur une jambe, lui aussi
voudrait sa part !
Il y a des plots sur le tailloir
Dans cet édifice les tailloirs sont généralement nus
il y a là une exception donc une signification pour orienter l'interprétation
de la scène dans la corbeille.

Première hypothèse:
Après neuf vient dix, commence alors la période d'allaitement et c'est peut-être l'incitation à l' abstinence  jusqu'au retour des couches  ?

Ou bien 10 est le double de 5, symbole de perfection obtenu en couple c'est à dire à deux ?
Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Chapiteau pilier N° 3








Les chapiteaux du transept N-E autour du pilier N° 4



L'absidiole.

Chapiteau a feuilles lancéolées 

Ces mêmes feuilles lancéolées qui étaient au niveau inférieur
  vu précédemment.

Le tailloir porte encore des plots.
Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne


Le niveau inférieur étant représenté à part
voici les deux autres niveaux

Les feuillages (la vie)
et l'entrelacs au-dessus.

Le tailloir comporte encore des plots.
 
















Les chapiteaux du transept Sud-Est  autour du pilier N°6



Chapiteau qui semble identique à celui qui lui fait face
et à son coté de nouveau celui avec les feuilles lancéolées.
chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne 


Le reste d'une absidiole
et
la troisième édition du groupe
de chapiteaux qui vont par paire
l'un aux feuilles lancéolées, l'autre montrant la vie et
un entrelacs.
chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne




chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne

Le choeur sous son cul de four.

Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Chapiteau à deux étages déjà vu
avec 9 plots dans le tailloir



Les chapiteaux du transept Sud-Ouest  autour du pilier N° 7



Feuilles lancéolées
au nombre de 2 seulement

10 plots dans le tailloir.

Ce chapiteau fait face au précédent.
On est toujours dans la symbolique du couple
masculin et féminin.




chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne
Chapiteau reprenant celui du pilier N°6


chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

De nouveau le couple

chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne
La femme tient ses cheveux.
Ceux-ci ne sont pas tressés mais torsadés comme le symbole du couple sur lequel se perchait un volatile.


Il semble que ses cheveux comme
la corde
prennent naissance dans la pierre?

Si c'est volontaire cela sous entend que c'est l'église qui grandit grâce à la fécondité du couple.


La femme se cramponne au symbole du couple
placé horizontalement
ni vers le ciel
ni vers le sol.


Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Le pilier 7 chapiteau ouest
toujours consacré au couple
L'homme une main soit en orant soit en position
de supporter l'édifice ( comme un pilier de l'église)
l'autre main sur son ventre.
chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne



Deuxième travée autour des chapiteaux du pilier N° 8




chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

Trois rangs de feuilles lancéolées!


chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne

Chapiteau  mur col N° 8
chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne

Encore des feuilles lancéolées
Le dessin est pur et stylisé
Une lancette orientée vers la terre.

Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Le pilier 8 chapiteau ouest







Première travée, les chapiteaux autour du pilier N° 9




Après ces chapiteaux lancéolés (symbole phallique)
voici que l'homme porte une barbe bifide
et une moustache.

Barbe bifide et moustache sont les symboles du vieil homme
celui qui est dans le péché


chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne 

Chapiteaux du pilier N° 9
chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne

Barbe bifide et moustache
pour l'homme

chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

Chapiteau du pilier 9 coté est
Ce ne me semble pas être la femme mais vu le vêtement identique être encore l'homme.
Il tient des objets dans ses mains?
Une pierre, une brique ?
Dans son autre main  un bouclier ?

Est-ce son rôle de constructeur et défenseur?

Il est difficile d'interpréter ce chapiteau!


chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne

deuxième travée autour du pilier N° 8

Feuilles lancéolées
puis feuilles à 3 lobes
puis un entrelacs
d'une belle composition avec des boucles qui vont par paires 	

Chapiteau 1 ouest
Au centre un volatil type colombe perché sur une corde à deux brins torsadés.
Les brins torsadés sont un couple
Emergeant d'une vulve bordée de feuilles à 3 lobes une tête
Je penche pour  la représentation de la fécondité du couple
qui est un cadeau du ciel (le volatil) 	Chapiteau église de MENET 

Chapiteau mur col 1
Une paire de boucles donne naissance à une troisième. 	chapiteaux de léglise de MENET

Chapiteai pilier 1 est


	

Chapiteau  mur col N° 3
Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Le couple en orants
Les pieds sur l'astragale ( qui symbolise l'église)
Les mains ( symbole des actions)
qui supportent l'église.

L'époque a besoin de bras pour défricher ! 	Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne

Le pilier 1
consacré au couple
	



chapiteau roman de l'église de MENET en Auvergne

Ce chapiteau  comporte une rangée de plus que celui du
 du pilier 2 ouest lequel ne montrait que 3 feuilles.

 
7 feuilles au rang supérieur
Un enfant donnera à son tour sept naissances?
Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne
 
Le chapiteau du pilier 9 ouest


Autre version d'un chapiteau du deuxième pilier


chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne




Et les chapiteaux de la façade Est

Je n'ai pas voulu commencer par ceux-ci 

Sans parole !!
Disons que c'est la vie qui s'exprime !

Les volutes vont par paires
chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

Chapiteau à gauche du porche


Une femme qui se cramponne à ses nattes
ou cheveux torsadés
En général les cheveux de la femme
sont cachés surtout en entrant dans l'église
en signe de soumission double.
Le sculpteur opte ici pour montrer le rôle de la femme
dans la communauté.
Les deux nattes peuvent aussi vouloir dire qu'elle est mariée.


La forme d' oméga écrasé est aussi un signe de sainteté que l'on retrouve souvent au dessus des lettres SCS ( Sanctus) sur les fresques romanes.
D'autre part montrer sa chevelure ainsi peut-être pris comme un symbole de séduction ou un appel à la vie ou à la procréation.
C'est d'ailleurs le sens du chapiteau à sa droite,
 avec des feuillages symbole de vie.
chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

Les deux autres chapiteaux à gauche du porche


A droite c'est l'homme qui est représenté.
Sa posture est celle d'un orant.

Tout un programme
dans l'ensemble de ces chapiteaux en façade !
La femme génitrice et l'homme orant ?
La femme séductrice pour la bonne cause ?

Le couple par la femme donnant des enfants à l'église ?

La femme tenant dans ses mains le symbole du couple et de la fécondité qui en découle?

La réponse est probablement dans ce que représente le chapiteau faisant pendant au chapiteau de gauche montrant la procréation symbolisée crûment.

La sirène à droite faisant face à la sexualité pourrait-être interprétée à tord comme la chasteté.

Mon choix s'oriente plutôt vers la représentation
de la double vie:
à gauche: la vie transmise par la procréation
à droite la vie transmise par la prière.


Les représentations osées nous choquent , mais à l'époque il y avait moins de tabous.

 l'église demandait aux couples
non pas l'abstinence d'acte de chair mais
plutôt de procréer 

A coté de l'homme se trouve le chapiteau complémentaire de celui situé près de la femme.
Ces deux chapiteaux seront  réunis en un seul forment les trois niveaux de vie.

SPLENDIDE N'EST-IL PAS !


chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne



chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

La sirène a ses cheveux torsadés
comme l'est le symbole du couple sur les chapiteaux à l'intérieur.
Il y a t-il ici un homme et une femme sirènes?
Après la procréation donnant la vie sur terre...

Ce serait la symbolique de la vie
promise au le ciel
.


chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne

On retrouve la torsade bien placée
mais issue des queues des sirènes
celles-ci semblent se terminer en feuillages
Rien de négatif au contraire!
Il y a encore en façade deux pierres en bas-relief:

Un personnage de gauche
tient dans chaque main
un paquet de feuillage
signe de vie
il est d'ailleurs dans une position évocatrice!

Chapiteaux romans église de MENET en Auvergne


Le personnage à droite tient une faucille dans sa
main droite,
l'autre étant difficile à décrypter.
probablement un tonnelet ??

(Aux fins de représenter  le pain et le vin nourritures à la fois terrestres et spirituelles, hypothèse qui serait dans le contexte)
chapiteaux romans de l'église de MENET en Auvergne



Voilà les chapiteaux avaient beaucoup à dire....



Retour à l' ART ROMAN ailleurs qu'en Saintonge

Retour à Belle Saintonge